Les subventions d’un salarié pour l’achat d’immobilier

S’engager dans l’achat d’un logement présente souvent des difficultés au niveau financier. Pour cela, de nombreux employés demandent des financements auprès de leur banque, auprès d’organismes indépendants et même auprès de leurs employeurs.

Les aides destinées aux salariés sont diversifiées et peuvent être octroyées sous certaines conditions. Quels sont ces prêts et comment faire pour avoir ce privilège auprès de son employeur ?

Le prêt action logement

Lorsque l’on parle d’aides auprès de son employeur, le 1% logement se trouve être le premier financement qui nous vient en tête. Également appelé prêt action logement, il se prédestine à financer les projets immobiliers d’un salarié. Considéré comme un apport personnel, cet aide peut financer jusqu’à 30% du prix du bien.

Pour bénéficier de ce prêt, il est nécessaire de remplir certaines conditions. Le demandeur de crédit devrait tout d’abord être salarié d’une entreprise privée non agricole employant plus de 10 personnes. Puis, il devrait être un salarié ou un retraité d’au moins 5 ans pour jouir de cette aide financière.

Déblocage de la participation aux bénéfices

Le salarié peut également opter pour le déblocage de la participation dans le cas d’un achat immobilier. La participation aux bénéfices est une somme octroyée aux salariés d’une société employant au moins 50 personnes.

Toutefois, pour débloquer cette somme, une demande doit être faite au préalable auprès de l’entreprise afin de bénéficier de la somme épargnée et d’avoir par la suite un paiement immédiat sans exonération fiscale.

Le salarié peut bénéficier d’aides financières pour son projet immobilier.

Particulièrement avantageux, le prêt action logement et le déblocage de la participation aux bénéfices sont les subventions les plus accessibles. Néanmoins, l’acquisition de ces aides est soumise à des conditions.

Pour le premier, l’aide est effectif pour un salarié d’entreprise privée de 10 personnes et plus tandis que pour le second, la participation aux bénéfices est de droit dans le cas où la société compte 50 employés au minimum.